Histoires drôles page n° 3


  • Trois ouvriers du bâtiment, Marcel, Jacquot et René, prennent leur pause déjeuner installés sur un échafaudage. Ils dégustent leurs sandwichs et boivent quelques canettes de bière. A la suite d'un mouvement soudain de la structure, René perd l'équilibre, chute et meurt sur le coup.
     
    Les deux survivants se rendent vite compte que c'est a l'un d'entre eux d'aller annoncer l'horrible nouvelle a la femme de René.
     
    Jacquot, un rude gaillard qui ne fait généralement pas dans la dentelle, se propose spontanément :
    - Je crois que je serais pas mauvais pour ça ...
     
    Et immédiatement, il se rend au domicile de son défunt ami.
    Il revient sur le chantier trois heures plus tard, avec un paquet de canettes de bière :
    - Tiens, j'ai amené du ravitaillement.
    - Mais, tu as bien été voir la femme de René ", demande Marcel angoissé.
    - Ben ouais ...
    - Et le paquet de canettes, il vient d'ou ?", reprend Marcel.
    - C'est elle qui me l'a donné, rétorque Jacquot.
     
    Marcel ne comprend pas : Quoi tu lui as annoncé la mort de son mari et elle t'a offert des canettes de bière ? Explique-moi ce qui s'est passé.
    - Ben je suis allé là-bas", explique Jacquot, "j'ai sonné, elle m'a ouvert et j'ai dit : "c'est bien ici qu'habite la veuve de René ?".
    Elle a répondu : "Non, non, vous faites erreur, je ne suis pas veuve ..."
    Et je lui ai dit :
    - Je vous parie six bières que si ...

    Histoires drôles

    • 58


  • Faut-il vraiment faire du sport ?
     
    1. Il est démontré que chaque fois que l'on court 1500 mètres, on ajoute une minute à sa durée de vie. Ce qui vous permettrait, à 85 ans, de passer 5 mois de plus dans une maison de retraite à 6000 euros par mois ! Donc, commencez tout de suite...
     
    2. Le jour de son soixantième anniversaire, ma grand-mère a décidé de marcher 7 kilomètres par jour. Aujourd'hui, elle a 85 ans, et on se demande bien où elle peut être ?
     
    3. La seule raison qui pourrait m'amener à courir, à jogger, comme ils disent, ce serait que, pour une fois, j'entendrais à nouveau quelqu'un haleter dans mon oreille.
     
    4. L'année dernière, je me suis inscrit au Gymnase Club de mon coin, et ça m'a coûté 500 euros. Je n'ai pas perdu un kilo. Il paraît qu'en plus il faut assister aux séances...
     
    5. Si je fais de la gym, c'est tôt le matin, avant que mon cerveau ne comprenne ce que j'entreprends...
     
    6. Si Dieu avait voulu que nous touchions l'extrémité de nos orteils, il aurait implanté lesdits orteils moins bas sur nos jambes.
     
    7. J'aime les longues promenades, tout particulièrement quand elles conduisent les casse-pieds à me lâcher les baskets.
     
    8. J'ai les cuisses trop potelées, mais par bonheur mon ventre les dissimule.
     
    9. Faire du sport tous les jours présente un grand avantage : on meurt en meilleure santé.

    Histoires drôles

    • 57


  • Un professeur de psychologie commence son cours :

    " Aujourd'hui, nous allons étudier les différents stades de la colère".

    Il fait venir un téléphone dans la salle, compose un numéro au hasard et demande :
    "Bonjour Madame, pourrais-je parler à Jacques, s'il vous plaît ?"
    - "Vous faites erreur, il n'y a pas de Jacques à ce numéro"

    Il se tourne alors vers les étudiants et dit: "Vous venez d'assister à la phase de mise en condition."

    Il recommence et la dame, un peu agacée, répond : "Je vous ai déjà dit qu'il n'y avait pas de Jacques ici!"

    Il réitère une bonne douzaine de fois, raccroche après s'être fait hurler dessus par cette dame devenue hystérique et s'adresse à son auditoire :

    "Voilà enfin le niveau ultime de la colère".

    Là-dessus, un étudiant lève la main :

    "Monsieur, il y a pourtant un stade supérieur" et, pour illustrer, il se saisit du téléphone, compose encore une fois le même numéro et dit :
    "Bonjour Madame, je suis Jacques. Y a-t-il eu des messages pour moi ?"

    Histoires drôles

    • 57


  • Chère maman, cher papa,

    Ca fait maintenant trois mois que je suis parti pour l'université. J'ai pris beaucoup de retard pour vous écrire et je suis désolé de vous avoir négligé.

    Maintenant, je vais vous mettre au courant. Mais avant de lire la suite, asseyez-vous. Vous ne continuez pas, tant que vous n'êtes pas assis, hein ?

    Je vais plutôt bien maintenant. La fracture et le traumatisme crânien que j'ai eu en sautant par la fenêtre de ma chambre en feu, peu après mon arrivée, sont maintenant presque guéris. Je n'ai passé que deux semaines à l'hôpital et ma vue est redevenue presque normale. En plus, ces affreuses migraines ne m'arrivent plus qu'une fois par semaine au maximum.

    Heureusement, la caissière du dépanneur d'en face avait tout vu. C'est elle qui a prévenu les pompiers et appelé l'ambulance. Elle est aussi venue me voir à l'hôpital et comme je ne savais pas ou aller avec l'appartement réduit en cendre, elle a eu la gentillesse de me proposer d'habiter chez elle. En fait, c'est juste une chambre au sous-sol, mais c'est plutôt mignon. Deux fois mon âge, c'est une femme adorable et nous sommes tombés follement amoureux. On veut se marier. On n'a pas encore choisi la date, mais ce sera avant que sa grossesse ne commence à se voir.

    Eh ! Oui, chers parents, je serai bientôt papa. Je sais à quel point vous avez hâte de devenir grands-parents et je suis certain que vous accueillerez le bébé avec tout l'amour et les tendres soins que vous m'avez témoignés quand j'étais petit. La seule chose qui retarde notre union, c'est la petite infection qu'a ma fiancée et qui nous empêche de passer les analyses prénuptiales. Moi aussi, bêtement, je l'ai attrapée, mais tout çà va vite disparaître avec les injections de pénicilline que je me fais chaque jour.

    Je sais que vous l'accueillerez à bras ouvert dans notre famille. Elle… >> Cliquez pour lire la suite

    Histoires drôles

    • 57


  • Un homme qui semble être littéralement exténué va consulter son médecin.
    - Docteur, ça ne peut plus durer. Ils vont me faire mourir...
    - Ha bon ??? Mais qui veut votre mort ?
    - Ce sont les chiens du voisinage qui viennent roder toutes les nuits autour de ma maison et ils aboient jusqu'à l'aube. Je ne peux plus fermer l'oeil...
    - Ne vous inquiétez pas. J'ai ce qu'il vous faut. Il s'agit d'un nouveau somnifère qui marche très très bien.
    - Super !!! Je veux bien essayer n'importe quoi pourvu que je puisse dormir enfin.

    Quelques semaines plus tard, l'homme est de retour chez son médecin, et il a l'air encore plus fatigué que le première fois.
    - Docteur, ce que vous m'avez proposé il y a quinze jours, ça ne fonctionne pas. Je suis encore bien plus fatigué qu'avant...

    Le médecin, incrédule, secoue la tête de gauche à droite :
    - Je ne comprends pas comment c'est possible... C'est pourtant le somnifère le plus fort du marché...
    - Peut-être... Mais quand je me lève la nuit pour courir après les chiens, hé bien c'est pas facile d'en attraper un et de lui faire avaler ces satanés comprimés, vous savez...

    Histoires drôles

    • 56


  • Deux copines rentrent en ville après l'enterrement d'une amie. Elles roulent sur l'autoroute.
    - En tous cas, moi je ne veux pas de fleurs à ma mort. Je veux qu'on envoie de l'argent à l'association de la maladie qui m'aura emportée.
    - Dans ton cas, de la façon que tu conduis, j'ai l'impression qu'on va envoyer nos chèques chez Honda!

    Histoires drôles

    • 55


  • Dans un restaurant au bord d'une nationale, un monsieur commande la plat du jour, un "boudin noir - purée".
    Le serveur lui apporte son assiette, mais le monsieur ne peut s'empêcher de remarque qu'il a l'index plongé au beau milieu de la purée.
    Étonné, le client lui demande la raison de ce sans-gêne :
    - C'est-à-dire ..., lui répond le serveur, j'ai un panaris au doigt, et le docteur m'a conseillé de garder toujours mon doigt au chaud pour faire mûrir l'abcès.

    Ecœuré, le client rétorque :
    - Eh bien votre doigt, vous auriez pu vous le foutre dans votre derrière dans ce cas !

    Et le serveur lui répond :
    - Mais c'est ce que je fais entre chaque plat, monsieur.

    Histoires drôles

    • 54


  • Une famille a une véritable passion pour les histoires drôles.
    Et comme depuis des années ce sont toujours les mêmes, ils ont décidé, pour gagner du temps, de les numéroter.
    Ainsi, quand l'un d'entre eux en raconte une, il ne dit plus que le numéro et chacun se souvient de l'histoire. Pour le repas de communion du gamin, toute la famille est réunie.
    Au dessert, le cousin dit:
    - 72

    Et toute la table hurle de rire.

    - 38, fait le tonton.

    Les rires redoublent.
    - 14.

    C'est du délire. Alors le communiant, qui ne comprend pas très bien de quoi il s'agit, mais qui veut faire comme tout le monde, se lève en criant:
    - 52 !
    Son père lui retourne alors une paire de gifles en lui disant:
    - Je t'apprendrai à raconter des cochonneries le jour de ta communion !

    Histoires drôles

    • 54



Page n°3 / 31
<< 1 2
3
4 5 6 >>


Vous avez assez vu la catégorie Histoires drôles ? Essayez-en une autre en cliquant ci-dessous :