Monsieur,

Je vous prie de bien vouloir considérer la présente missive comme lettre de démission officielle.

Je me suis vraiment emmerdé à bosser dans cette boite et c'est surtout de votre faute. Vous êtes le pire chef de service que j'ai eu le malheur de connaître.

Vos talents personnels sont virtuellement inexistants, vous êtes incapable de susciter la moindre étincelle de loyauté de la part de vos collaborateurs, vous avez moins de charisme qu'une moquette et je suis certain que le membre moyen de n'importe quel Boys Band est doté d'un meilleur sens des affaires que vous. En plus, vous donnez vraiment l'impression d'être le rejeton d'un mariage consanguin.

Je n'ai jamais aimé travailler ici. Mon salaire a toujours été nul et si je suis resté si longtemps, c'est parce que je me suis servi du téléphone et de la machine à timbrer du service courrier pour monter ma propre petite affaire au noir de vente par correspondance. Sans compter que mon beau-frère m'emprunte la voiture de fonction tous les week-ends pour faire le taxi et arrondir ses fins de mois. Ah, et puis j'oubliais le très profitable petit « business » de vente de fournitures de bureau qui me permettait d'installer un stand sur les kermesses et brocantes de la région.

On m'a proposé du travail chez l'un de vos concurrents directs. En fait, on me l'a proposé depuis plus d'un mois mais j'ai eu besoin de cette période pour finir de photocopier toutes vos archives clientèle confidentielles ainsi que tous vos bilans. N'espérez pas me traîner en justice sous le prétexte fallacieux d'une quelconque opération d'espionnage industriel. Je vous signale que j'ai en ma possession, conservés dans un endroit sûr, tous les négatifs des photos prises à la dernière fête du bureau. SI vous souhaitez ne pas mettre votre mariage en péril, je vous suggère de vous tenir à carreau.

Quant aux négociations concernant mon préavis, je vous laisse seul juge. Vous pouvez me libérer dés aujourd'hui (avec le solde de mes congés et une généreuse prime de départ, vous n'entendrez plus parler de moi.

D'un autre côté, il est fort possible que vous vouliez suivre la procédure et m'obliger à rester le temps du préavis stipulé dans mon contrat. Dans ce cas, il est fort possible qu'au cours de cette période je sois pris de violentes crises du syndrome de Tourette et que je sois alors incapable de me retenir de cracher partout, d'injurier les clients, voire d'interrompre les rendez-vous avec de futurs partenaires financiers. A vous de voir.

Cordialement.

PS : Tu pues.

Blague sur le travail
  • 32


Voir une autre blague

Si vous avez aimé cette blague, peut être que les blagues ci-dessous pourraient intéresser :
  • Quelle est la différence entre un boucher et un marin?
    Le boucher voit le porc avant les cotes.

    Blague sur le travail
    • 40


  • Une grosse dame arrive chez le médecin avec sa ravissante fille et dit au praticien :
    - Docteur, la gorge est très irritée et le thermomètre indique 38,7.
    - Nous allons voir cela, fait le médecin. Déshabillez-vous, mademoiselle.
    - Mais ce n'est pas ma fille qui est souffrante docteur, c'est moi !
    - Oh, pardon ! Alors ouvrez la bouche et faites : Aaah ...

    Blague sur le travail
    • 29


  • Si vous voulez réussir votre carrière d'enseignant, mettez ces quelques conseils en pratique...

    Soyez soumis :

    Lorsqu'on est valet, on n'est pas roi. Si le directeur vous demande quelque chose, c'est réfléchi, vous devez donc répondre "Oui monsieur le directeur"... Si le temps vous manque pour obtempérer immédiatement, garder cependant toujours l'intention d'exécuter l'ordre dès que possible.

    Ayez l'air occupé :

    Lorsque vous avez terminé de donner vos heures de cours, ne traînez jamais à portée de la direction. Traversez la cour en marchant vite, dirigez-vous nulle part mais d'un pas décidé, ayez toujours des notes de cours sous le bras. Evitez de trop longues stations debout au vu et su de tous. On pourrait être tenté de vous confier encore une responsabilité supplémentaire.

    Imitez le directeur :

    Lisez attentivement les notes de service de votre directeur. Lorsque vous devrez lui écrire, copiez son style... il vous trouvera génial(e) !

    Pas d'initiative :

    Vous n'êtes pas payé(e) pour faire preuve d'initiative mais bien pour exécuter. Il n'y a rien qui dérange plus qu'un enseignant avec de l'initiative. Si vous débordez de votre description de tâches, c'est que vous empiétez sur celle de quelqu'un d'autre et cette personne risque d'être froissée par votre attitude irrespectueuse.

    Maladie préventive :

    N'attendez pas de "péter les plombs" et d'être contraint de prendre un mois ou plus de maladie. Prenez ici et là une journée occasionnelle de maladie pour décompresser et éviter ainsi une absence prolongée. C'est ainsi qu'il n'y a rien de plus bénéfique pour la santé qu'une partie de cartes entre amis ou du shopping pendant les heures normales de cours. Mieux vaut prendre une journée de maladie de temps en temps que de tomber réellement malade. Vous participerez ainsi activement aux économies et à l'effort d'assainissement demandés dans… >> Cliquez pour lire la suite

    Blague sur le travail
    • 30


  • Un président de société reçoit en cadeau un billet d'entrée pour une représentation de la Symphonie Inachevée de Schubert. Ne pouvant s'y rendre, il passe l'invitation au responsable des Ressources Humaines de sa société. Le lendemain, le président se voit remettre le rapport suivant :
    1. Les quatre joueurs de hautbois demeurent inactifs pendant des périodes considérables. Il convient donc de réduire leur nombre et de répartir leur travail sur l'ensemble de la symphonie, de manière à réduire les pointes d'inactivité.
    2. Les douze violons jouent tous des notes identiques. Cette duplication excessive semblant inutile, il serait bon de réduire de manière drastique l'effectif de cette section de l'orchestre. Si l'on doit produire un son de volume élevé, il serait possible de l'obtenir par le biais d'un amplificateur électronique.
    3. L'orchestre consacre un effort considérable à la production de triples croches. Il semble que cela constitue un raffinement excessif, et il est recommandé d'arrondir toutes les notes à la double croche la plus proche. En procédant de la sorte, il devrait être possible d'utiliser des stagiaires et des opérateurs peu qualifiés.
    4. La répétition par les cors du passage déjà exécuté par les cordes ne présente aucune nécessité. Si tous les passages redondants de ce type étaient éliminés, il serait possible de réduire la durée du concert de deux heures à vingt minutes.

    Nous pouvons conclure, Monsieur le Président, que si Schubert avait prêté attention à ces remarques, il aurait été en mesure d'achever sa symphonie.

    Blague sur le travail
    • 39


Voir plus de blagues